par David Brazier, Juillet 2018, traduit par Vajrapala et avec l'aide de Véronique

C'est l'une des versions les plus courantes du Vajrtasattva Dharani. C'est la version utilisée dans le livre des chants de l’école Amida  ...

Om Vajrasattva samaya, manu palaya, 
Vajrasattva teno patita, dridho me bhava, 
Suto kayo me bhava, supokayo me bhava, 
Anurakto me bhava; 
Sarva siddhi me prayacha, 
Sarva karma sucha me, 
Tzitam shriyan kuru hum, 
Ha ha ha ha ho, 
Bhagavan sarva Tathagata 
Vajra ma me muntsa, 
Vajra bhava 
Maha samaya sattva 
Ah Hum Phat

Un dharani est un sort ou une invocation. C'est une manière d'invoquer une énergie, en l'occurrence l'énergie de Vajrasattva. Le nom Vajrasattva est composé de Vajra, qui indique le pouvoir, la détermination, la force, ou l'indestructibilité et Sattva qui signifie esprit dans le sens de courage. Cela implique un idéal héroïque. Vajrasattva est communément considéré comme le bodhisattva de la pureté, celui qui peut résister à toute tentation. Il peut être coutumier de célébrer Vajrasattva le premier jour du mois, ou au tout début, comme un moyen d'établir une résolution ferme.

Je n'ai jamais essayé de traduire tous les termes dans le dharani. Cependant, il ne faut pas s'attendre à ce que cela ait du sens en tant que composition entière. Il s'agit plutôt d'une série d'appels et d'exclamations qui, par concaténation, évoque un effet.

Les quatre premières lignes prient Vajrasattva de paraître devant nous, de nous donner de la force, d'être satisfaits de nous et de nous soutenir, de nous aimer et de nous nourrir. Les cinquièmes et sixièmes lignes demandent que nous soit accordé le pouvoir spirituel dans toutes les occasions et dans toutes les actions. Les septièmes et huitièmes lignes sont la célébration de tout cela.

Samaya

Il y a quelques termes clés, dont le premier est samaya. Un samaya est un lien ou une promesse, une sorte de contrat de loyauté. Le Samaya Vajrasattva est donc un engagement à vivre une vie pure, dans le corps, la parole et l'esprit, mais surtout dans l'esprit. L'esprit est le chef. Vajrasattva est une divinité tantrique et la signification fondamentale du tantra est la suivante: la pureté de l'esprit est suprême. Si l'esprit est vraiment pur, la personne peut tout faire sans tomber dans la haine et l’avidité.  Ainsi, Vajrasattva est souvent représenté iconographiquement comme une femme en  méditation qui s’uni sexuellement. L'idéal du bodhisattva implique d'être prêt à aller n'importe où et à faire tout ce qui est nécessaire pour aider les êtres sur leur chemin spirituel. Ce qui est nécessaire dépend de l'endroit où ils doivent aller. Il n'y a donc, en principe, aucune limite à la gamme de choses que le bodhisattva pourrait devoir faire. On pense ici aux histoires de Naropa et Tilopa, comme exemples.

Sarva Siddhi

Un autre terme clé est sarva siddhi, qui signifie littéralement «tout pouvoir». L'esprit pur a un pouvoir illimité. L'effet de ses actions s'est répandu à travers le monde jusqu'au paradis et à l'enfer. Nous ne savons jamais jusqu'où s'étendent les effets de nos actions, mais ils sont en accord avec le degré de la pureté de notre esprit. Les actions qui découlent d'un esprit pur ne nourrissent pas les flammes de samsara et la lumière non obstruée ne l'est pas non plus. Dans un sens plus mondain, on parle de siddhi en tant que pouvoir spirituel, de la capacité de lire dans les pensées et de faire des choses miraculeuses, mais c'est une compréhension plutôt grossière. La personne d'esprit pur "lit les pensées" sans aucune technique ou intention particulière dans le sens simple que, sans avoir de fortes envies personnelles, elle est ouverte à ce qui se passe autour de lui d'une manière sympathique et résonne facilement avec les vibrations qui remuent les autres.

Vajra

Le terme vajra a une triple signification. Premièrement, cela signifie un coup de foudre, qui est le symbole du pouvoir divin. Zeus et Odin sont tous les deux des dieux de foudre. Deuxièmement, vajra signifie un sceptre. Le sceptre est le symbole du pouvoir royal. Le roi ou la reine porte un sceptre. Le monarque représentait l'unité. Troisièmement, un vajra est un diamant. Le diamant est la substance naturelle la plus dure et représente donc l'endurance et la patience. Le diamant est aussi un beau bijou aux multiples facettes. Ainsi, la lumière entre de plusieurs directions et rayonne encore plus. Dans chaque visage, on peut voir l'univers reflété, mais chaque fois d'une manière unique.

Participer à la force de Vajra

La portée générale des cinq dernières lignes du dharani est que tous les Bhagavats Tathagatha, c'est-à-dire les Bouddhas, ont et deviennent sans cesse cette nature vajra et que, grâce à l'identification apportée par les dharani, le pratiquant pourra aussi partager la force qui se déploie.

Ainsi, la pratique de Vajrasattva est une forme d'invocation d'un autre pouvoir tel que l'on cherche à se laisser saturer par elle, à s'emparer de celle-ci et à couler avec elle. C'est aussi une reconnaissance implicite de notre nature bombu en ce sens que cette pratique doit être renouvelée à l'infini. Nous recommençons toujours. Dans ce moment d'esprit de débutants, nous recevons innocemment la grâce de l'être saint, tout comme un enfant innocent. Momentanément, nous participons au vaste pouvoir spirituel du Tathagatha. Ensuite, nous continuons notre vie. Après l'extase, la vie quotidienne reprend. Pourtant, le moment de connexion n'est pas perdu ni vide de sens. Comme un morceau de tissu à plusieurs reprises plongé dans une cuve, on se transforme graduellement par un pouvoir qui dépasse notre entendement.

Views: 8

Events

ITZI Conference 2019

Subscribe to ITZI Conference Newsletter

* indicates required

Blog Posts

Running a Course in Korea and Elsewhere

Posted by David Brazier on August 3, 2018 at 1:40 2 Comments

I am currently leading courses on Buddhist psychology here in Seoul, Korea, but as I am putting the course onto this site as we go along, members of La Ville au Roi (Eleusis) are also responding so it is a bit as though the course is going on in several countries at the same time which is nice.

Varlam Shalamov

Posted by Geeta Chari on July 16, 2018 at 0:00 1 Comment

From The Paris Review:

For fifteen years the writer Varlam Shalamov was imprisoned in the Gulag for participating in “counter-revolutionary Trotskyist activities.” He endured six of those years enslaved in the gold mines of Kolyma, one of the coldest and most hostile places on earth. While he was awaiting sentencing, one of his short stories was…

Continue

The Buddha, Season 1, Episode 1

Posted by Geeta Chari on June 29, 2018 at 9:21 1 Comment

I have been watching The Buddha on Netflix, and although I came well-prepared to scoff, there is a surprising amount of food for thought from a Pureland perspective. What follows is a review of the Pureland touches in the episode, coloured inevitably by my upbringing in India, although I have now lived in Britain for more than half my life.

The scene opens in the republic of Kapilavastu, depicted as a green and pleasant land, with the Himalayan mountains as a backdrop. (I was…

Continue

Nembutsu Question

Posted by Dayamay Dunsby on April 20, 2018 at 8:22 1 Comment

I found this in a book that I'm reading. It has challenged my current "understanding" of the Nembutsu. I tend to think of the name itself as salvation and the bridge to the Pure Land...

"...Nembutsu is not a means to gain salvation but a reflection of it. Shinran acknowledges there is nembutsu without true entrusting because he lived in an environment where nembutsu was recited for benefits and merit. By itself it cannot produce true entrusting. Nevertheless, they are inseparable as…

Continue

© 2018   Created by David Brazier.   Powered by

Badges  |  Report an Issue  |  Terms of Service