Question: Quelle est la spécificité de l'approche Amidiste du nembutsu et qu’est-ce qui pourrait la distinguer de l'approche d'autres écoles similaires?

Réponse courte: Rien

Réponse plus longue: Nembutsu est  refuge. Prendre refuge est l'acte mystique fondamental qui définit le bouddhisme. C'est la seule pratique commune à toutes les écoles bouddhistes. Prendre refuge dans un seul bouddha, c'est prendre refuge dans tous les bouddhas. Cependant, différents bouddhas montrent différentes facettes de la nature de Bouddha. Amida montre principalement la facette d’une totale acceptation. Par conséquent Amida Bouddha est le bouddha préféré des gens ordinaires. Le bouddhisme de la Terre Pure provient des enseignements du Bouddha destinés aux gens ordinaires. Nous comprenons donc que la Terre Pure est une forme de bouddhisme datant des premiers temps. Nous prenons donc refuge dans le Bouddha Amida et nous le faisons couramment en utilisant la formule "Namo Amida Bu". Cela n’est pas essentiellement différent de toute autre forme de refuge pratiquée dans n'importe quelle école  bouddhiste.

Cependant, bien qu'il n'y ait pas de différence  essentielle, il y a des particularités de style et de focus. Quand on prend refuge dans Amida, on met l’accent sur le fait que la personne qui cherche refuge doit le faire parce qu’elle est un «être stupide voué au caprice des passions »  un mortel vulnérable, limité, illusionné et sujet à l'erreur. On reconnaît donc ici que  chacun de nous manifeste  cupidité, haine, orgueil, inquiétude, paresse et une grande variété de formes d'égocentrisme. Et  bien que nous puissions nous améliorer dans certains domaines, la propension fondamentale à faire apparaitre de telles caractéristiques est indélébile. Nous sommes donc incapables d’atteindre le salut par nos propres efforts centrés sur nous-mêmes. Reconnaître cela ajoute un pouvoir et une urgence supplémentaires à l'impulsion de prendre refuge. Prendre refuge en vient à signifier se tourner vers un pouvoir salvifique qui nous fait défaut.

" Nembutsu est un refuge et le refuge est le bouddhisme"

Dans cet acte de prise de refuge, il y a donc un sens profond de lâcher prise et de soulagement. Nous voyons s’écrouler le projet d’une perfection personnelle, mais nous ressentons également une grande gratitude pour la présence et le soutien du Bouddha qui nous voit dans notre état véritable et nous aime ainsi,  juste comme nous sommes. C'est profondément émouvant. En Occident, nous avons l'habitude de penser que la religion est une affaire de rigueur morale et que dans la société laïque on peut faire ce qu’on veut, mais en Orient, cette attitude est inversée. Là, on admet que c'est en fait la société laïque qui nous discipline alors que quand nous nous rendons au temple, Amida nous accepte tels que nous sommes. Une des  caractéristiques principales d'un bouddha est l'acceptation inconditionnelle, donc il est impossible que le Bouddha soit un juge sévère.

Par conséquent, notre forme amidiste de nembutsu est une pratique dévotionnelle et émotionnelle, quelque chose qui touche le cœur et qui relie tous ceux qui sont émus de la même manière. Ce lien génère un sentiment de communauté et de fraternité. La pratique amidiste est donc souvent plus communautaire : chanter  ensemble plutôt que de rester assis isolé en silence. Il y a place pour la solitude et la contemplation silencieuse, mais je souligne ici une différence d'accent dans le style. En récitant ensemble le nembutsu, non seulement nous prenons refuge dans le Bouddha, mais nous trouvons également un refuge dans la Sangha dans un sens palpable.

Fondamentalement, par conséquent, le nembutsu est  refuge et le refuge est le bouddhisme, et l’Amida bouddhisme affirme simplement cette foi fondamentale. Dans son style, notre pratique est moins perfectionniste, plus dévotionnelle, plus communautaire, plus émotionnelle et elle a ses propres façons de comprendre les enseignements bouddhistes fondamentaux en accord avec cette orientation.

Dites le nom dans l’extase

Dites le nom dans la joie

Dites le nom dans un profond désespoir

Dites-le au soleil

Dites-le à la lune et aux étoiles

Dites-le à chacun

Dites le nom jour et nuit

Que vous soyez dans une situation désastreuse, banale ou critique

Jusqu’à ce que le ciel soit en vue.

Traduit par Annette et Vajrapala

Views: 27

ITZI Conference 2019

Subscribe to ITZI Conference Newsletter

* indicates required

Blog Posts

WEEP FOR OUR WORLD

Posted by David Brazier on August 20, 2019 at 21:38 0 Comments



At the moment I am feeling very sad for the state of the planet. As I write the great forests are being consumed by fire, both the tropical forest in Brazil and the tundra forest in Russia. The great forests are the lungs of the earth. I myself have lung problems. When there are parts of the lungs that don’t work anymore one can run out of energy. It can strike suddenly. We will probably not do anything serious about climate change or wildlife extinction…

Continue

MY MEDICAL CONDITION

Posted by David Brazier on June 26, 2019 at 18:04 10 Comments

My medical condition continues to be a mystery. It is clear that I do not have any of the big nasty things - brain tumour, cracked skull, stroke, etc - as these have been ruled out by MRI investigation. Nonetheless I continue to have persistent, continuous head pain that varies in intensity and I become exhausted by the least effort so that I am functioning like an invalid incapable of doing very much. There is always a possibility that the whole syndrome is a…

Continue

Grace.

Posted by Dayamay Dunsby on June 2, 2019 at 1:02 4 Comments

“Do we know what it means to be struck by grace? It does not mean that we suddenly believe that God exists, or that Jesus is the saviour, or that the Bible contains the truth. Grace strikes us when we are in great pain and restlessness. It strikes us when we walk through the dark Valley of a meaningless and empty life. It strikes us when we feel that our separation is deeper than usual, because we have violated another life, a life which we loved, or from which we were estranged. It strikes us… Continue

Sit

Posted by Geeta Chari on April 26, 2019 at 22:13 3 Comments

This is a short video of a Buddhist monk and his family. 

It raised questions on parenting and Buddhism - does detachment (or perhaps quietism), as practiced here, lead to demotivation and disengagement with the world around one?

His children find the detachment practised by the monk disquieting. They appreciate the irony of detachment, which is supposed to…

Continue

© 2019   Created by David Brazier.   Powered by

Badges  |  Report an Issue  |  Terms of Service