Question : "Le bouddhisme est la croyance que des êtres deviennent éclairés, les arhats et les Bouddhas existent". Comment pouvons-nous vraiment savoir cela? J’ignore si j'ai déjà rencontré un Arhat ou un Bouddha. Et si c’est le cas, suis-je même capable de le reconnaître ?

Réponse courte : voir c’est croire.

Réponse plus longue :
Le mouvement boudhhiste a commencé et a été propagé par des gens qui avaient rencontré un Bouddha appelé Shakyamuni. Toute la tradition est une transmission de ce charisme particulier. Les vérités enseignées par les Bouddhas sont universelles et sont toujours vraies,  qu’un Bouddha apparaisse pour les enseigner ou non, mais l'établissement d'une tradition réelle dépend de l'apparition d'un Bouddha. Par conséquent, une preuve qu'un Bouddha est apparu est l'existence de cette remarquable tradition qui a transmis le Dharma à travers 85 générations jusqu’à l'âge moderne.
"J'ai rencontré de vrais saints, et cela me suffit."

Quand Dogen est allé en Chine, il est revenu inspiré parce qu'il avait rencontré un enseignant qu'il a appelé par la suite "le vieux Bouddha". Ma propre enseignante, Kennett Roshi, dirait que lorsqu'elle est allée au Japon, elle a vu de bonnes pratiques et quelques pratiques affreuses, mais en cours de route, "j'ai rencontré de vrais saints, et cela me suffit".

Les gens sont attirés par le bouddhisme essentiellement  parce qu'ils  voient parmi les bouddhistes des gens qui ont quelque chose qui les inspire, les libère et les encourage. Je connais des gens qui, à cause de leur éducation occidentale, sont très sceptiques à l'égard d’une grande partie de la doctrine bouddhiste et  qui pourtant prennent part  aux événements bouddhistes parce qu'ils ont rencontré des bouddhistes qui ont quelque chose qu'ils souhaitent eux-mêmes : un bonheur, une force intérieure et une quiétude.

La foi, dans le bouddhisme, ne s'oppose pas à l'expérience. Elle repose sur la base d'une expérience. Voir c'est croire. Le Bouddha a entrepris de créer un cadre de personnes qui seraient une lumière. Leur influence apporterait au monde paix, compassion et sagesse. Bien sûr, toutes les personnes qui adhèrent au bouddhisme ne sont pas immédiatement à la hauteur de cet idéal. Néanmoins, j'ai rencontré beaucoup de grands maîtres et de grandes âmes. Je n'étais pas d'accord avec tout ce que chacun d'eux disait, mais je sentais la qualité de l'inspiration - le charisme de Bouddha - qui coulait dans leurs veines. C'est cette foi vivante qui compte, non pas l'assentiment aux propositions intellectuelles.

Si je n'avais pas rencontré Chögyam Trungpa, Kennett Roshi, Ato Rimpoche, Thich Nhat Hanh, Minh Chao, Saiko Sensei et d'autres, alors je ne connaîtrais le bouddhisme que comme une intéressante  théorie livresque. Le bouddhisme est une transmission vivante. Cependant, toutes ces grandes figures qui vivent la Noble Voie au sein du samsara sont des êtres éveillés dans la mesure où ils vivent le Dharmakaya.  Leur existence nous conduit à l'intuition inévitable que le Bouddha est détenteur de cet univers et de tous les univers possibles - le Bouddha cosmique, si vous voulez. Chaque grande âme nirmanakaya est différente, possède un caractère différent et un upaya différent parce que nous vivons ici dans un monde conditionné au milieu de circonstances diverses, mais tous les êtres œuvrent dans le même sens.

Adorer un bouddha, c'est les adorer tous.


David Brazier dans son livre « Questions in the Sand » publié by Woodsmoke press

Traduction par Vajrapala Moermann et Annette Tamuly

Views: 40

Events

ITZI Conference 2019

Subscribe to ITZI Conference Newsletter

* indicates required

Blog Posts

Running a Course in Korea and Elsewhere

Posted by David Brazier on August 3, 2018 at 1:40 0 Comments

I am currently leading courses on Buddhist psychology here in Seoul, Korea, but as I am putting the course onto this site as we go along, members of La Ville au Roi (Eleusis) are also responding so it is a bit as though the course is going on in several countries at the same time which is nice.

Varlam Shalamov

Posted by Geeta Chari on July 16, 2018 at 0:00 1 Comment

From The Paris Review:

For fifteen years the writer Varlam Shalamov was imprisoned in the Gulag for participating in “counter-revolutionary Trotskyist activities.” He endured six of those years enslaved in the gold mines of Kolyma, one of the coldest and most hostile places on earth. While he was awaiting sentencing, one of his short stories was…

Continue

The Buddha, Season 1, Episode 1

Posted by Geeta Chari on June 29, 2018 at 9:21 1 Comment

I have been watching The Buddha on Netflix, and although I came well-prepared to scoff, there is a surprising amount of food for thought from a Pureland perspective. What follows is a review of the Pureland touches in the episode, coloured inevitably by my upbringing in India, although I have now lived in Britain for more than half my life.

The scene opens in the republic of Kapilavastu, depicted as a green and pleasant land, with the Himalayan mountains as a backdrop. (I was…

Continue

Nembutsu Question

Posted by Dayamay Dunsby on April 20, 2018 at 8:22 1 Comment

I found this in a book that I'm reading. It has challenged my current "understanding" of the Nembutsu. I tend to think of the name itself as salvation and the bridge to the Pure Land...

"...Nembutsu is not a means to gain salvation but a reflection of it. Shinran acknowledges there is nembutsu without true entrusting because he lived in an environment where nembutsu was recited for benefits and merit. By itself it cannot produce true entrusting. Nevertheless, they are inseparable as…

Continue

© 2018   Created by David Brazier.   Powered by

Badges  |  Report an Issue  |  Terms of Service