J'ai toujours pensé que la véritable communication  ne pouvait se faire qu'en face-à-face et que les communications virtuelles - si communes aujourd'hui sur les réseaux sociaux - ne sont que de déplorables pis-aller. Pourtant, à la réflexion, il me semble qu'il convient de corriger ce point de vue par trop simpliste. Certes, rien ne vaut la richesse d'une rencontre réelle où les paroles ne sont qu'un élément d'un ensemble où tout peut devenir signifiant. Les mots s'accompagnent de toute une gestuelle, de mimiques, de regards qui ponctuent, confirment ou parfois démentent ce qui se dit. Le timbre de la voix, sa texture, son débit et pourrait-on dire, toute l'apparence de la personne nous parlent tout autant que les mots mêmes  et même parfois plus fort qu'eux. Comment, par exemple, ne pas être sensible à la sensualité de la bouche et des lèvres de la personne s'adressant à nous de sorte que nous pouvons "goûter" ses paroles ou les "boire"? Au-delà, il y a un contexte plus large donnant à chaque fois, une autre coloration à un dialogue. Les mêmes mots ont un sens différent s'ils sont prononcés dans la lumière crue d'un plateau de télévision ou s'ils sont murmurés lors de confidences échangées dans une pénombre complice. Les exemples pourraient être multiplier à l'envi Les experts en communication, les spécialistes de l'image ont minutieusement analysé tous ces facteurs. Mais cette richesse même peut être pesante et source de confusion, quand nous avons l'impression que les signes transmis ne sont pas concordants, quand nous ne nous sentons pas nous-mêmes en phase avec eux, sans compter tous les messages subliminaux  qui nous échappent. Parfois, dans un face à face, nous pouvons avoir l'impression d'être acculé, sommé de répondre ou de réagir sans pouvoir nous dérober, prisonniers de notre timidité, de notre ignorance ou de notre manque d'à propos. Les messages virtuels peuvent, par contre, nous donner un sentiment de liberté. La parole apparaît en quelque sorte dénudée, dépouillée du cortège de tous ces signes non-verbaux qui entraînent la confusion. Dans la communication directe, je suis acculé, sommé de réagir. Rien de tel dans la communication virtuelle où je m'exprime, où je m'expose, mais sans courir le risque d'être interrompu, contredit ou peut-être démasqué. Ni monologue, ni dialogue, le message virtuel occupe un étrange, mais confortable entre-deux: mes propos sont destinés à tout le monde - la foule des "amis" virtuels - c'est-à-dire à personne. Nombrilisme nous emprisonnant dans un autisme généralisé?

Qu'en pensent tous les "amis" d'Eleusis, actifs sur ce site? Pour ma part, je serais tentée de laisser le mot de la fin à Alfred de Vigny:

" Seul le silence est grand, tout le reste est faiblesse." 

Views: 30

Add a Comment

You need to be a member of David Brazier at La Ville au Roi (Eleusis) to add comments!

Join David Brazier at La Ville au Roi (Eleusis)

Comment by Tamuly Annette on Monday

Ce que tu écris sur les différents modes de communication, Vajrapala, me paraît très important et me semble bien mettre en évidence le fait que  la parole a toujours une portée considérable. Nous devons en être conscients quand nous nous exprimons tout autant que lorsque nous écoutons ou lisons. Bien s'exprimer, avec honnêteté " soin et profondeur" et écouter dans le souci de bien comprendre ce qu'exprime l'autre: si ces deux aspects de la communication étaient respectés, bon nombre de nos problèmes seraient résolus, tant au niveau des individus qu'au niveau politique ou social. (Je suis très contente de communiquer avec toi!)   

Comment by Marjolaine on February 17, 2017 at 8:05
On litdes journaux et des livres, l' histoire peut changer ou pas. J' avais 3 volumes d' un livre Histoire de la France ecrits en Russie. L' approche different consistait en ce que le peuple mangeait de la farine, du pain blanc au lieu de ce que faiseaient les rois. Normalement le peofesseur, le journaliste, les intellectuels avaient un role a guider, expliquer la realite. Nous vivons des realites si durs a entendre que je remercie Eleusis pour l' echange positif. Les centres bouddhstes comme nouvelle avant- garde?
Comment by Vajrapala Lut Moerman on February 7, 2017 at 20:50

Ce qui est très positive - pour ma fois - à chaque communication "lent" virtuel ou par la lettre classique, est qu'on a le temps de réfléchir ce qu'on va écrire, on a la possibilité de lire et relire ce que l'autre a écrit et ce que nous sommes en train d'écrire.

Moi, j'ai beaucoup apprécié les cercles de femmes - que j'ai eu la possibilité de  participer - dans lesquelles on prenait le temps de parler en prenant son temps, parler avec soin et profondeur; et ceux qui écoutaient  faisaient vraiment l'effort d'essayer à comprendre et de digérer ce que l'autre a dit.

Un vrai contact a pour moi plus à voir avec notre possibilité d'exprimer vraiment ce qui est dans notre coeur et avec notre intention d'écouter ou d'essayer à comprendre vraiment.

_/\_

Events

ITZI Conference 2017

Blog Posts

RENCONTRE AVEC LAMA WANGMO EN JUIN

Posted by David Brazier on February 22, 2017 at 14:32 0 Comments

Rencontre entre David Brazier & LN Wangmo

les 10 & 11 juin 2017

à Saint-Martin-Lestra…

Continue

Quarantine.

Posted by Adam Dunsby on February 22, 2017 at 13:19 2 Comments

It’s funny what goes through your mind when you spend several hours walking round in circles chanting! In my experience it can be as mundane as thinking about the person who laid the carpet, or as profound as contemplating the significance of spiritual practice. Here’s what came up for me in our most recent session:

In a few billion years the sun will burn out and it’s gravitational mass will be reduced to the point where it can no longer maintain it’s influence on the…

Continue

A lovely greeting from Tibet

Posted by Sujatin Johnson on February 22, 2017 at 13:17 0 Comments

© 2017   Created by David Brazier.   Powered by

Badges  |  Report an Issue  |  Terms of Service